« Elle me quitte ! Et moi, dans un lâche silence,
Je semble de sa fuite approuver l’insolence ?
Peu s’en faut que mon cœur, penchant de son côté,
Ne me condamne encor de trop de cruauté !
Qui suis-je ? Est-ce Monime ? Et suis-je Mithridate ?
Non, non, plus de pardon, plus d’amour pour l’ingrate.
Ma colère revient, et je me reconnois :
Immolons, en partant, trois ingrats à la fois.
Je vais à Rome, et c’est par de tels sacrifices
Qu’il faut à ma fureur rendre les dieux propices.
Je le dois, je le puis ; ils n’ont plus de support :
Les plus séditieux sont déjà loin du bord.
Sans distinguer entre eux qui je hais ou qui j’aime,
Allons (...) »

Mithridate, Mithridate, III, 5.

(187 Kb)
(477 Kb)
© 2001, mozambook